cosmogonie de Moïse

Accueil

 

 

 

 

 

 

 

La Bible, la GeneSe

ELEMENTS POUR UNE NOUVELLE LECTURE

 

- Introduction
- Au commencement ou bien Dans et En Principe ?
- La puissance dans l'action et hors l'action

 

 

A." L'eau".

Pour l'auteur présumé du texte dit Genèse, en écriture hébraïque," l'eau" est l'élément primordial. Bien qu'empruntant certaines propriétés à l'élément physique (la mobilité) , cette eau se voit attribuer la capacité d'être un lieu formateur et passif et nourricier. Prise au sens figuré, elle s'assimile au nombres, qui par leurs arrangements peuvent exprimer l'idée d'une puissance quelconque en action.

Grammaire, la racine MA: "l'eau": Tout ce qui est essentiellement mobile, essentiellement passif et formateur, l'élément d'où tout se tire sa nourriture.

 

 

6. Et-il-dit, Lui-les-Dieux, il sera fait une-raréfaction (un desserrement, une force raréfiante) au-centre des-eaux : et-il-sera-fait un-faisant-séparer (un mouvement de séparation) entre-les-eaux envers-les-eaux.

 




"L'eau - la mer"

En écriture hébraïque", la lettre Mem final Mem ou M, placée au début d'un mot, indique tout ce qui est local et plastique. Associée à Aleph, A, puis à , E et Yod, I-J, cette lettre forme les racines suivantes:

MA: tout ce qui tend à l'agrandissement de son être, à son entier développement: tout ce qui sert à la puissance génératrice et la manifeste à l'extérieur.
ME: tout ce qui est essentiellement mobile, essentiellement passif et formateur, l'élément d'où tout se tire sa nourriture; et qui était regardé comme le principe femelle de toute génération, "l'eau" , et qui s'opposait au principe mâle,"le feu".
MI: "l'eau".
Placée à la fin d'un mot (Men final Mem final ou M final), elle devient le signe collectif, développant l'être dans l'espace infini, autant que sa nature le permet, ou bien réunissant par abstraction, en un seul être tous ceux d'une même espèce (pluralité). Employé comme signe grammatical, il représente la femme, mère et compagne de l'homme; tout ce qui est fécond et formateur."

MIM final: les eaux
EMIM final: des eaux
IM final: racine dont l'objet est de peindre la manifestation universelle, et de développer toutes les idées d'amas et d'entassement. dans un sens propre et restreint, c'est la mer.

 

Le terme "eaux" apparaît au chapitre 1,v.2 de la Genèse, puis est repris plusieurs fois.

"Mais la Terre n’était qu’une puissance contingente d’être dans une puissance d’être ; l’Obscurité, force astringente et compressive, enveloppait l'Abîme, source infinie de l’existence potentielle; et l’Esprit divin, souffle expansif et vivifiant, exerçait encore son action génératrice au- dessus des Eaux, image de l'universelle passivité des choses".

"La terre était informe et vide; il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux".

La racine IM final, peignant non seulement la manifestation dans son caractère universel, mais aussi la pluralité, est contenue dans les termes AElohîm (Dieu), mais aussi cieux, mutations ontologiques etc. et forme l'ossature du terme Jour I°OM final


L'idée "d'eaux" comme circuit sans fin,
iconographie et modélisation

Sarcophages. Époque romaine. Rome.

L'idée de centre, de raréfaction et séparation entre deux types "d'eaux" apparaît au Chap.1, v.6 et 7

6. Et-il-dit, Lui-les-Dieux, il sera fait une-raréfaction (un desserrement, une force raréfiante) au-centre des-eaux : et-il-sera-fait un-faisant-séparer (un mouvement de séparation) entre-les-eaux envers-les-eaux.
7. Et-il-fit, Lui-les-Dieux, cette- ipséité-de-la-raréfaction (cette force raréfiante; l’espace éthéré); et-il-fit-exister-une-séparation entre les-eaux qui-étaient par-en-bas (affaissées) de-l' espace-élhéré et-entre les-eaux qui-étaient par-en-haut (exaltées) de-l’espace-éthéré : et-ce- fut ainsi.

La modélisation à partir des sommes numérales des lettres-mots peut se figurer par un double-circuit pentagonique

B. le Principe

 

Le Principe BRAShITh (In Principio / "commencement") point de départ d'une mise action des 'eaux" dans un cycle répétitif, contient à l'état dit de potentialité (ce qui n'existe pas tangiblement mais en puissance d'être - les nombres) deux mouvements:
1. Une possibilité de mouvement relatif du signe de la puissance, nommé ASh ou Sin.
2. Une possibilité de mouvement nommé RA allant dans un cycle du haut vers le bas et le même mouvement contraire.

La première possibilité d'action, celle du mouvement relatif ASh dépend d'un mouvement initial, nommé Al, de type extensif-excentrique (fig.2)
Le seconde possibilité d'action, celle du mouvement AR, intervient lorsque la première unité développée par ASh se trouve en face à face avec son opposé (fig. 3)

   
1
 
2
 
3



C. "le feu, la lumière".

 
Le "feu" (considéré en l'absence de toute substance) et la "lumière" sont des aspects différents d'un concept: le partage, sous l'effet d'un son, du partage d'une droite RA entre moyenne et extrême proportion. "Lumière" et "feu" sont apparentés à "l'eau".

 

"l'eau, la lumière, le feu":

Waw, Waw, O, W : " Ce caractère a deux acceptions vocales très distinctes, et une troisième en qualité de consonne. Suivant la première de ces acceptions vocales, il représente l’œil de l’homme, et devient le symbole de la lumière ; suivant la seconde, il représente l’oreille, et devient le symbole du son de l’air, du vent : en sa qualité de consonne il est l’emblème de l’eau, et représente le goût et le désir appétant. Si l’on considère ce caractère comme signe grammatical, on découvre en lui, ainsi que je l’ai déjà dit, l'image du mystère le plus profond et le plus inconcevable, l’image du nœud qui réunit ou du point qui sépare, le néant et l’être".

Waw, O, w, dans son acception verbale aérienne, s'écrit: , et pris dans son acception vocale lumineuse (intellectuelle, l'idée): .
La" lumière" s'écrit A°OR, le "feu", . L' écriture en valeurs numériques s'articule ainsi: A=1, O=6, R=200 soit 1.6.200, l'unité puis 62, 1.62.



Bible. 900. Espagne

 

"La lumière et le feu", leur origine commune et mode d'apparition

Le feu physique,
 

Saint-Luc renversé

 

Associé au terme terre, le feu physique est évoqué au chapitre 2, v. 13

"... il (le second principe émané) enveloppait toute la terre de Choush)

le principe igné, choush, dans la Bible-Genèse hébraïque

choùsh"", choùsh…La racine élémentaire(ASh) , qui signifie en général le principe \ igné, (ASh) , qui signifie en général le principe igné, étant verbalisée par les signes WAw  ouYod, I ou J (I, J), a produit le mot le feu physique A.OSh oule feu moral AISh, c’est-à-dire le feu physique ou moral (de la raison, du ratio) : et ce mot, resserré par le signe assimilatif Kaph ou C (C) , a donné naissance à celui dont il s’agit ici."

Igné: toutes idées de fusion, de dissociation.

I. PREMIEREMENT-EN-PRINCIPE, il-créa, Ælohîm (il détermina en existence potentielle, Lui -les-Dieux, l'Être-des-ètres), l’ipséité-des-cieux et-l’ipséité-de-la-terre.

Au commencement, Dieu créa les ci eux et la terre. (Louis Segond)

D. Les cieux, la terre
Le Principe, les cieux, la terre, , l'entassement des eaux signifiée par les manifestations phénoméniques: heure, jour premier, second,etc..
La "terre" étant au centre, le mouvement relatif Sin déplace le "ciel" vers le bas, en conformité avec les cieux boréal et austral.
   

 

"Après un parcours d'un quart de circonférence, tout diamètre de valeur 1, tournant autour d'une de ses extrémités, aura son extrémité opposée à une distance 1/Phi de sa circonférence de départ".
   

Liens

Les eaux dans la cosmogonie égyptienne:
https://www.zora.uzh.ch/id/eprint/152534/1/Bickel_1994_La_cosmogonie_egyptienne.pdf

-Les médéités:
- https://www.persee.fr/doc/rhs_0048-7996_1949_num_2_2_2694
- http://discussionsurlamathpyth.lo.gs/rectangle-de-fibonacci-et-triangle-d-or-de-penrose-a105313518>

- HISTOIRE DES THÉORIES SCIENTIFIQUES DE LA MUSIQUE
http://www.ifac.univ-nantes.fr/IMG/pdf/L3-CoursM1-EXTRAIT-Guy-Arithmetique_de_la_musique_etudiants.pdf

L'eau et la mesure de la durée
https://www.persee.fr/doc/mom_0766-0510_1986_sem_11_1_2071